Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 19:00

 

L'ECOLE DE BARBIZON - Chapitre 1

  Une école sans Maître

 



 

 

 

 

Jean-Baptiste-Camille_Corot_050.jpg

Jean-Baptiste Camille COROT

 

Toutes les raisons qui ont concouru à créer le mythe barbizonnais

 

Octobre 1787. La Cour de Louis XVI est revenue à Versailles avec les premiers frémissements de l'automne. Nobles seigneurs ou hauts dignitaires du clergé entourent  le Roi. Les questions fusent, empreintes de flagornerie: " Sire, comment s'est passée la chasse et qu'avez-vous vu en forêt de Fontainebleau? " Et le Roi a cette réponse naturelle presque candide: "Je n'ai vu que des sangliers et Bruandet ".

Bien avant d'attirer les peintres dans les villages entourant la forêt, le gibier si abondant dans celle-ci fut la première raison de sa renommée, avec le rendez-vous de chasse de Philippe Auguste qui devait devenir plus tard le château de François 1er et des rois de France jusqu'au Second Empire. Lazare Bruandet n'était pas un chasseur, mais il vécut longtemps caché dans les ruines d'un ancien oratoire bâti au milieu des rochers de Franchard, pour une raison fort simple: il avait tout simplement défenestré sa compagne avec qui il vivait à Paris, mettant par là un terme définitif et sans appel à leur liaison.

Il faut dire que ce Bruandet était peintre et qu'il s'était trouvé un compagnon, Jacques-François Swebach -lui aussi peintre -pour meubler la solitude de ces hautes futaies qui les entouraient.

Lazare Bruandet (1754-1804) et Jacques-François Swebach (1769-1823) comptent parmi les premiers artistes à fréquenter la forêt. Mais ils ne furent pas les seuls. Un camarade de Bruandet, Georges Michel (1763-1843), que l'on surnommait le "Ruysdael de Montmartre " avait, lui aussi, rejeté tout l'académisme qui prévalait dans les salons parisiens pour reproduire sur sa toile cette nature vraie avec laquelle tous ses amis communiaient.

Pierre-Henri de Valenciennes (1750-1819) qui n'appartient pas, à proprement parler, à ce cénacle puisqu'il fut un maître du paysage historique, mérite néanmoins de figurer dans cette anthologie car il fut l'un des premiers à peindre sur le motif, tout comme Victor Bertin (1775-1842) dont les élèves avaient pour nom: Jules Coignet, Michallon (1796-1822) et Corot (1796-1875), encore que ce dernier ait attendu 1822 et ses séjours à Chailly-en-Bière pour oublier presque complètement l'orthodoxie picturale glanée au cours de ses voyages en Italie.

Il faut également citer deux peintres de notre région, Lantara né à Oncy en 1729 et surtout Caruelle d'Aligny (1798-1871) originaire de Chaumes-en-Brie, qui appartiennent, eux aussi, à ces précurseurs de l'Ecole de Barbizon.

Et cette liste non exhaustive ne peut passer sous silence Stamati Bulgari, compagnon de Bonaparte en Egypte, élève de David, qui découvrit en 1821 Chailly-en-Bière et rencontra, l'année suivante, Corot dont il devint l'ami.

Il faut donc accepter ce postulat démontrant à l'évidence que ce bassin bellifontain et ses villages alentours dessinaient en quelque sorte une palette de peintre avec, pour limites, Chailly-en-Bière, Barbizon, Bourron-Marlotte, et Montigny. Il est également permis de penser que le destin avait marqué de son doigt cette région privilégiée pour en faire un haut lieu de la création artistique.

Les convulsions politiques de 1848 où le peuple de Paris apprit à déterrer les pavés de la capitale pour en ériger des barricades -apprentissage qui devait encore lui servir ...mais beaucoup plus tard -tout comme l'épidémie de choléra qui sévissait alors sont certainement des raisons qui incitèrent les peintres et leur famille à quitter leurs ateliers de la rue Rochechouart pour venir s'installer à Barbizon.

Nous verrons plus tard quel destin fut celui de Jean-François Millet, mais il faut dire ici que son arrivée à Barbizon en 1849, emmené par son ami Charles Jacque, ne pouvait passer inaperçue de la colonie artistique déjà établie, car son renom de portraitiste s'affirmait déjà dans la capitale, même s'il appartenait encore -et pour longtemps -comme son ami Théodore Rousseau à la Pléiade des éternels refusés des salons. On venait le voir, l'écouter ou lui demander conseil.

 

Auberge Ganne, musée départemental de Barbizon

MuseeAubergeGanne.jpg

C'est peut-être le moment de parler de 1'auberge Ganne qui joua un si grand rôle dans l'épopée barbizonnaise. Le père Ganne était un ancien tailleur de pierres, installé au village depuis 1824 et qui préféra, un jour, accrocher un beau genévrier au-dessus de sa porte, symbole à l'époque d'une auberge. Il ouvrit donc un petit commerce d'épicerie où il vendait sucre, sel, condiments et chandelles. Tout comme du fil d'archal bien utile pour fabriquer des collets à lapin.

Sa femme, la mère Ganne, était renommée pour ses onctueux fromages de Brie et ses succulents pâtés. Une pièce servait d'épicerie tandis qu'une autre contenait les tables d'hôtes. A l'étage et dans les annexes, quelques chambres communes pour voyageurs. Il est piquant de constater que la pension complète en cette bienheureuse époque était de 48 sous par jour, soit 2,40 F, somme pour laquelle le vin était à discrétion.

Même si la remarque de Jules Breton, qualifiant Barbizon de Bethléem de la peinture moderne paraît exagérée, cette assertion trop flatteuse ne peut faire oublier que c'était là le point de rencontre de tous ces peintres et visiteurs qui venaient leur rendre visite. Parmi eux, des anciens comme Troyon, Narcisse Diaz de la Pena, Louis Français, Paul Huet ou Célestin Nanteuil.

Mais les visiteurs ne maniaient pas tous le pinceau puisqu'ils comprenaient aussi les frères Goncourt qui écrivirent là Manette Salomon, des sculpteurs comme Carpeaux ou Louis-Antoine Barye, l'historien Hyppolyte Taine, le poète Mallarmé, venu en voisin de sa maison toute proche de Valvins, et quantité d'autres personnages en renom comme le dandy Barbey d'Aurevilly qui visita en 1868 cette fameuse auberge. Les esprits facétieux qualifiaient ce modeste estaminet de vrai-vide bouteille de l'art.

Une chose est certaine: les Ganne surent offrir aux hôtes de la forêt une pension dans laquelle leur bourse était ménagée et leurs innombrable fantaisies acceptées par tous. La mère Ganne, pourtant peu portée à l'altruisme, veillait avec un soin jaloux sur les registres de ses clients -aujourd'hui précieusement conservés -sur lesquels elle inscrivait les sommes dues par chacun d'eux. Un tableau vendu à Barbizon ou à Paris, et les yeux des aubergistes, quelque peu cupides, brillaient de satisfaction après les avoir scrupuleusement notées sur le livre des comptes.

Les récents travaux considérables, entrepris pour agrandir et moderniser l'auberge Ganne, font de cet endroit un Musée enfin digne des milliers de visiteurs français et étrangers qui fréquentent chaque année Barbizon, le " Village des Peintres ", à la recherche du mystère éternel et insondable de la nature.

 

 

83459ca65b9d566b0c11d7a625899f51-300x300

Texte extrait du livre de Roger Karampournis « Barbizon, le Village des Peintres »
publié aux Editions Amatteis

 

 


 

Outre, Jean-François MILLET, Camille COROT, Théodore ROUSSEAU, Charles François DAUBIGNY, sont venus  rejoindre le groupe : 

 

 

Charles Jacque by Paul Lafond ChJacque-Marie.jpg
 Charles Jacque (1813 - 1894)  Marie

 

 

220px-Jules_Dupre_autoportrait.jpg  220px-Jules_Dupre_001.jpg
Jules Dupré (1811 - 1889)  La Mare au Chêne

 

 

220px-Bonnat08.jpg  
Antoine Louis BARYE (1875 - 1795)    

 

 

180px-Barye_-_Thesee_Minotaure.png

Thésée et le Minotaure

 

 

150px-Constant_Troyon_1865.jpg
759px-Constant_Troyon_002.jpg 

Constant Troyon

(1810 - 1865)

 Vaches aux paturages

 

220px-Narcisso_Virgilio_Diaz_de_la_Pena.jpg  756px-Virgile-Narcisse_Diaz_de_la_Pena_001.jpg
Narcisse Diaz de la Pena  
(1807 - 1876)
 Dans les bois

 

 

penne_charles_olivier_de_web.jpg
images
Charles Olivier de Penne (1831 - 1897)  Scène de chasse

 

 

 Henri-Joseph_Harpignies.jpg  harpignies_summer.jpg

Henri-Joseph Harpignies

(1819 - 1916)

 Paysages

 

 

felix_portrait.jpg  Felix_Ziem_ZIF010.jpg

Félix Ziem

(1821 - 1911) (autoportrait)

 Bateaux sur le Canal (Venise)

 

 

 479px-Eugene_Lavieille_selfportrait-_1883.jpg Lavielle_The_Road_to_the_Village-525x645.jpg 

Eugène Lavieille

(1820 - 1889) (autoportrait)

 La route

 

 

15305119_m.jpg  180px-Jules_Breton-_le_chant_de_l-alouette.1884.jpg

Jules Breton

(1827 - 1906)

 Le chant de l'Alouette

 

 

 picture.aspx.jpg  
Jean-Ferdinand Chaigneau (1830 - 1906)  

 

 

 800px-Jules-Jacques-Veyrassat-Chevauxsurlaseine.jpg  

Jules Jacques Veyrassat 

Cheval s'abreuvant dans la Seine

 

 

 

 800px-Charpin_womanwithlambs.jpg  

La bergère et son troupeau de moutons

Albert Charpin (1842 - 1924)

 

 

 

 180px-Charles_Leroux_2.jpg   800px-Narbonne-Charles_Le_Roux.jpg
Marie Guillaume Charles Le Roux (1814 - 1895)   Paysage narbonnais

 

 

 LesPeintres-Coignet.jpg  

Jules Coignet (1798 - 1860)

 

 

 

 Paul-Tavernier_.jpg  
Paul Tavernier (1852 - 1943)  

 

 

En 1863, Les jeunes peintres impressionnistes tels Monet, Sisley, Bazille... vont venir à Barbizon pour y rencontrer les grands maîtres de cette époque et Monet peindra au printemps 1863 "le déjeuner sur l'herbe" à Chailly en Bière. Mais ils ne vont pas rester car ce hameau autrefois paisible connaît déjà un engouement touristique et la tranquillité ne sera plus vraiment au rendez-vous, d'autant que la forêt pendant quarante ans ( à partir de 1834) est aménagée entre autres par François Denecourt, puis par le sylvain Collinet, créant des circuits pédestres.

 

 

 



 

Les personnalités ayant fait un détour à Barbizon :

 

- Les frères GONCOURT écrivains, à l’Auberge GANNE
- Marcelin BERTHELOT scientifique vers 1850 (chez René MÉNARD)
- René MÉNARD son collègue inventeur du “collodion”
- Robert Louis STEVENSON en 1879 à l’Hôtel Siron (Bas-Bréau) écrivain britannique
- José Maria de HÉRÉDIA poète romantique
- Hypolithe TAINE philosophe
- LAMARTINE poète écrivain
- George SAND écrivain résidant à "l’Ombrage”
- Alfred de MUSSET écrivain
- Blasco IBANEZ (les cavaliers de l’apocalypse) écrivain
- BEAUDELAIRE poète
- VERLAINE poète
- Camille SAINT-SAËNS musicien
- Guillaune APPOLINAIRE poète passait ses permissions en 14/18 à Barbizon
- Françis CARCO poète résidant au “NID”
- Léon TROTSKI à “Bramefaon” sur le Bornage
- André BILLY écrivain / historien de Barbizon à la “chevrette”
- et André ROUVEYRE caricaturiste/écrivain en face de la “chevrette” rue Bourdois
- Félix HERBET avocat / historien d’art à la “Belle idée”
- Frères FARMANN avionneurs chemin de la Messe
- FERNANDEL en 1944 locataire de VERTEFEUILLE puis propriétaire en 1950 rue Bourdois
- Roland DORGELÈS écrivain de la Résistance “Les croix de bois”
- Hervé BAZIN écrivain “Vipère au poing”
- Samson FRANçOIS pianiste virtuose à "l'Ombrage”
- GALTIER BOISSIÈRE fondateur du Journal “Le Crapouillot”
- Pierre BRASSEUR comédien chez GALTIER BOISSIÈRE
- Jean COCTEAU poète écrivain (notamment à la DAGUE)
- David ROUSSET philosophe contemporain
- Nina RICCI rue Gabriel Séailles
- Jacques FAIZANT dessinateur humoriste
- Serge LIFAR chorégraphe, danseur, théoricien

   
- HIRO-HITO empereur du Japon, au Bas Bréau
- ELISABETH II et Phillip d'EDINBURGH aux Charmettes
- ALBERT 1ER ROI DES BELGES
- André de GRÈCE
- EDOUARD VIII roi d’Angleterre

- François MITTERAND chez son ami Patrice PELAT (propriétaire à Barbizon)
- LE SOMMET EUROPÉEN de 1986 au Bas Bréau avec MITTERAND - KOHL - M. THATCHER
- Charles PASQUA et beaucoup de nos hommes politiques actuels

- Les DOLLY SISTERS artistes de music-hall américaines
- Douglas FAIRBANKS acteur US
- Charlie CHAPLIN acteur anglais
- La famille ROOSEVELT (président US)

 

 

etc, etc, etc.......

 

 



 

 

A visiter

 

 

Le Musée MILLET


museemillet.jpg

 

 

 

Auberge Ganne, Musée départemental de Barbizon 

 

 

museeganne2.jpg

 

 

Et bien entendu, aux portes de BARBIZON, la découverte de la forêt de FONTAINEBLEAU, avec des circuits au dépatt de BARBIZON. Pour plus d'informations, dirigez- vous sur le site Office du Tourisme de BARBIZON/la Forêt

 

 

 

a bientôt

 





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives