Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 02:30


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2b/Pippin_the_younger.jpg

Pépin le Bref (vue d'artiste : peinture de Louis Félix Amiel
commandée par Louis Philippe pour le musée
historique de Versailles en 1837)




  • Dagobert
  • Pépin le Bref
  • Charles II le Chauve
  • Eudes
  • Louis III
  • Carloman
  • Hugues Capet
  • Robert II
  • Henri I
  • Louis VI le Gros
  • Louis VII le Jeune
  • Philippe Auguste
  • Louis VIII le Lion
  • Saint Louis
  • Philippe III le Hardi
  • Philippe IV le Bel
  • Louis X le Hutin
  • Jean I le Posthume
  • Philippe V le Long
  • Charles IV le Bel
  • Philippe VI de Valois
  • Jean II le Bon
  • Charles V le Sage
  • Charles VI le Fou
  • Charles VII le Bien Servi
  • Charles VIII
  • Louis XII
  • François I
  • Henri II
  • François II
  • Charles IX
  • Henri III
  • Henri IV
  • Louis XIII
  • Louis XIV
  • Louis XV
  • Louis XVI
  • Louis XVII
  • Louis XVIII





Pépin le Bref, né vers 715 à Jupille (Belgique), il meurt le 24 septembre 768 à Saint-Denis (au nord de Paris). Fils cadet de Charles Martel et de Rotrude, il doit son surnom à sa petite taille. Il est :

  • Maire du palais de Neustrie, (741-751), avec la Bourgogne et la Provence.
  • Roi des Francs, (751-768).





Histoire

Un début de règne partagé 

À la mort de Charles Martel, en 741, sa charge de maire du palais est partagée, selon la tradition franque, entre ses deux fils. L'aîné Carloman, devient maire du palais d'Austrasie et obtient l'Alémanie et la Thuringe, Pépin devient maire du palais de Neustrie et garde la Provence et la Bourgogne. Griffon, le troisième fils de Charles Martel n'obtient que quelques comtés. Les frères redéfinissent en 742 à Vieux-Poitiers leurs parts respectives et remettent en question les limites traditionnelles des royaumes francs

En cette fin de la période de décadence de la dynastie mérovingienne, les souverains, appelés par la suite rois fainéants, n'ont plus aucune autorité, et les maires du palais sont les réels dirigeants de l'État. Carloman et Pépin se partagent alors le pouvoir du royaume franc et vont diriger le pays à deux. Ils luttent tout d'abord pour ramener la stabilité aux frontières du royaume.




Pépin et Carloman soutiennent la réforme de l'Église


Ils entament ensuite une réforme de l'Église, avec l'aide de l'évêque Boniface de Mayence; ce dernier estimait en effet que le clergé était devenu incapable et débauché :

« Il m'est arrivé de trouver parmi les gens qu'ils appellent diacres des individus plongés dans la débauche, l'adultère et toutes sortes d'ordures depuis l'adolescence, et qui sont parvenus au diaconat, et qui, une fois diacres, ont quatre, cinq ou plusieurs concubines la nuit dans leur lit [...] »

Les conciles, ces assemblées du clergé au cours desquelles étaient prises des décisions d'ordre disciplinaire ou théologique, n'étaient plus réunis depuis longtemps. D'autre part, l'Église franque se plaint d'avoir été spoliée par Charles Martel.

Des conciles furent organisés dès les premières années. Le premier à la demande de Carloman en avril 743, appelé concile germanique, eut lieu en Austrasie dans un lieu qui est resté inconnu; le second par Pépin, en mars 744 à Soissons en Neustrie, où sont reprises les décisions adoptées lors du concile d'Austrasie. Cette réforme met en place une nouvelle hiérarchie au sein du clergé franc, à la tête de laquelle on trouve Boniface (680-754), l'évangélisateur de la Germanie, comme dirigeant des différents évêques répartis dans différentes villes du royaume. Les prêtres indignes sont destitués. Pépin décide de restituer les terres accaparées par son père en précaire à la demande du roi selon la precaria verbo regis.

En 743, Pépin et Carloman libèrent le mérovingien Childéric III du monastère où il avait été enfermé par Charles Martel, et lui permettent d'occuper le trône duquel leur père l'avait évincé. Son retour est motivé par la coalition formée par Griffon, le duc Odilon de Bavière, le duc d'Aquitaine Hunald et celui d'Alémanie, Théodebald. Ces derniers réagissent mal à l'élimination politique de Griffon (demi-frère de Pépin et Carloman) et contestent la légitimité des Pippinides. Après plusieurs campagnes militaires et le rétablissement de Childéric III, Pépin et Carloman trouvent le moyen de les calmer pendant un moment.

En 744, Pépin épouse Bertrade de Laon, fille de Caribert, comte de Laon. Elle lui donne plusieurs héritiers dont le futur empereur Charlemagne.

 

 

 

Éviction du dernier mérovingien



Fichier:Childéric III déposé par Pépin le Bref.JPG
Childéric III déposé par Pépin le Bref


En 747, son frère Carloman, choisissant la vie monastique en Italie (au monastére du Mont-Cassin), cède la mairie d'Austrasie à son fils Drogon sous la régence de Pépin. Pépin devient alors le seul dirigeant effectif de tout le royaume franc. Dès lors, il va tout faire pour se débarrasser de Childéric III, le souverain mérovingien dont il dépend officiellement. D'ailleurs, son père, pour prouver l'inutilité des rois mérovingiens, n'avait-il pas laissé vacant le trône après la mort de Thierry IV en 737 ? Pendant les sept années qui suivirent, tous les documents officiels furent datés de 737.

En 749 ou 750, Pépin envoie une délégation franque auprès du pape Zacharie, pour lui demander l'autorisation de mettre fin au règne décadent des Mérovingiens, et donc de prendre la couronne à la place de Childéric III. Le pape accepte la requête de Pépin en déclarant que « celui qui exerce véritablement le pouvoir porte le titre de roi ». Notifiant son soutien envers le Pippinide, le souverain pontife promulgue une prescription apostolique « afin que l'ordre du monde ne fût pas troublé ».

En novembre 751, Pépin dépose Childéric III, puis se fait élire roi des Francs, au champ de mai à Soissons. En se faisant acclamer par une assemblée d'évêques, de nobles et de leudes (grands du royaume), Pépin devient donc le premier représentant de la dynastie carolingienne. Cette élection se passe, pour une fois, sans effusion de sang. Après avoir été déposé, Childéric III est tonsuré (il perd les cheveux longs, signe de pouvoir chez les Francs) et va finir ses jours, enfermé au monastère de Saint-Bertin, près de Saint-Omer.

Mais si Pépin gagne le titre de roi des Francs par son pouvoir, il n'en a pas la légitimité, et cette rupture de la dynastie mérovingienne en appelle une nouvelle qui doit remplacer la succession naturelle de père en fils. Cette continuité est assurée par le sacre royal, continuité de l'onction symbolisant le baptême de Clovis Ier, premier roi franc mérovingien, et l'alliance particulière entre l'Église et le roi des Francs. Là, à Soissons, l'évêque Boniface, son conseiller diplomatique, le sacre au nom de la sainte Église catholique, en lui donnant la sainte onction, en marquant son front avec de l'huile sainte, le Saint-Chrême, pour lui transmettre l'Esprit Saint — comme cela se faisait déjà lors d'une cérémonie chez les rois Wisigoths de Tolède. Par cette onction, le roi des Francs, est désormais investi par Dieu d'une mission de protection de l'Église. De plus, en détenant la force morale du droit divin, il a la charge de « diriger les peuples que Dieu lui confie » selon le dogme catholique, au nom de l'Église, et sous la direction du pape. Mais cette légitimité a un coût politique, celui de la fidélité à l'Église, et à celui qui la dirige, le pape Zacharie, qui, de Rome, donne son assentiment au changement de dynastie.

 

 

 

Source: wikipedia, lire la suite





Chronologie 

  • 715 : naissance de Pépin, fils de Charles Martel.
  • 741 : il devient à 26 ans maire du palais de Neustrie à la mort de son père.
  • 743 : Pépin sort Childéric III du monastère où il était enfermé depuis 737, pour le faire monter sur le trône.
  • 744 : il organise le concile de Soissons qui mettra en place une hiérarchie au sein du clergé franc, à la tête de laquelle on trouve Boniface.
  • 744 : il épouse Bertrade de Laon.
  • 747 : son frère Carloman Ier d'Austrasie choisit la vie monastique, et cède la mairie d'Austrasie à son frère cadet.
  • 751 : Pépin dépose Childéric III, et se fait élire roi en novembre à Soissons, par acclamations par l'assemblée de grands du royaume. Il se fait sacrer une première fois puis une deuxième fois, en décembre en Austrasie.
  • 754 : le nouveau pape Étienne II vient lui demander son aide militaire contre les Lombards qui menacent Rome, et le sacre roi à Saint-Denis le 28 juillet. En octobre, Pépin envoie une délégation auprès des Lombards mais sans succès.
  • 755 : Pépin lance contre les Lombards une première expédition victorieuse.
    • Édit de Ver instaurant la réforme monétaire.
  • 756 : deuxième campagne contre les Lombards.
    • Instauration de la dîme en faveur du clergé
    • Adoption du denier en argent.
  • 757 : troisième campagne contre les Lombards.
  • 758 : quatrième campagne contre les Lombards, lors de laquelle il parvint finalement à les repousser hors de l'exarchat de Ravenne.
  • 759 : il chasse définitivement les arabes de la Septimanie et reprend Narbonne.
  • 761 : première campagne d'une série de huit contre le duc Waïfre d'Aquitaine, dernière en 768.

Au cours de sa campagne de 761, Pepin le Bref brûle une partie de Clermont-Ferrand, ce qui entraîne la destruction de Notre-Dame du Port. Menacé d'excommunication, il verse des sommes considérables pour sa réédification.

  • 768 : mort du roi Pépin le Bref, le 24 septembre, à l'abbaye Saint-Denis.

Sources

  • Scriptores rerum Merowingicarum : la Clausula de unctione Pippini regis (l’onction royale de Pépin le Bref) est un récit composé en 767, en fait un  colophon — note marginale et anonyme — ajouté à un manuscrit dont l’auteur anonyme fut le témoin oculaire de la cérémonie du sacre de Pépin et de ses fils:

« Si tu veux savoir, lecteur, à quelle époque ce petit livre a été composé et achevé à la précieuse louange des martyrs sacrés, tu la trouveras en l’année de l’Incarnation du Seigneur 767, au temps du très heureux, très pacifique et catholique Pépin, roi des Francs et patrice des Romains, fils du feu prince Charles de bienheureuse mémoire, en la 16e année de son règne très heureux au nom de Dieu, 5e indiction, et en la 13e année de ses fils, eux-mêmes rois des Francs, Charles et Carloman. Ceux-ci, par les mains du très bienheureux seigneur Étienne, pape de sainte mémoire, furent consacrés rois par le saint chrême, en même temps que leur père susdit le très glorieux seigneur roi Pépin, par la Providence de Dieu et l’intercession des saints apôtres Pierre et Paul.
Car ledit très florissant seigneur Pépin, roi pieux, avait été élevé à la dignité royale trois ans auparavant, par l’autorité et sur ordre du seigneur pape Zacharie de sainte mémoire, par l’onction du saint chrême, reçue des mains des bienheureux prêtres des Gaules, et par le choix de tous les Francs. Par la suite, il fut oint et béni de nouveau comme roi et patrice, avec ses susdits fils Charles et Carloman, au nom de la Sainte Trinité, par les mains du même pape Étienne, en l’église des bienheureux susdits martyrs Denis, Rustique et Eleuthère, dont le vénérable Fulrard est archiprêtre et abbé. Dans cette même église des bienheureux martyrs, en ce même jour, ledit vénérable pontife bénit par la grâce de l’Esprit aux sept formes la très noble, très dévote et très attachée aux saints martyrs Berthe, épouse dudit roi très florissant, revêtue de la robe royale à traîne, et en même temps il confirma de sa bénédiction par la grâce du Saint-Esprit les princes des Francs et il imposa à tous sous peine d’interdit et d’excommunication de ne jamais choisir un roi né d’un autre sang, sinon de celui que la divine piété avait daigné exalter, et qu’elle avait décidé, par l’intercession des saints apôtres, le très bienheureux pontife. C’est pourquoi nous avons inséré ces quelques lignes à la dernière page de ce petit livre, à l’attention de votre charité, afin que dans la suite des temps la tradition commune puisse en transmettre à jamais la connaissance aux lignées futures. ».

L’avènement et le sacre de Pépin le Bref d’après la Clausula de unctione Pippini regis


Royaume de Pépin le BrefLe royaume franc à la mort de Pépin le Bref









Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives