Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 02:30



"Ce ne sont pas les chercheurs d'or qui font fortune, ce sont les vendeurs de pioches."












 



Frémont County est surnommée « prison valley » pour ses 16% de population incarcérée et ses 13 prisons dont notamment la « Supermax » la prison de très haute sécurité dernier cri. Pour David Dufresne et Philippe Brault tout a commencé par un article décrivant Cañon City comme « la version clean de l’enfer ». Ils y ont tout de suite vu un sujet et se sont lancés dans l’aventure en pensant faire un diaporama sonore. Au fil du temps le projet a pris de l’ampleur et est devenu un web documentaire interactif. David Dufresne souligne toutefois quand on l’interroge sur le développement d’un tel dispositif transmédia que « c’est toujours l’histoire qui prime ». Les deux hommes partent donc une première fois dans ce coin du Colorado en juin 2009, munis de leur caméra Panasonic HMC 151 et d’un Canon 5D, en pensant que ce sera leur seul séjour. Mais trois semaines et 24 interviews plus tard, un retour s’impose pour creuser un véritable scénario autour de cette ville qui vit par et pour l’industrie carcérale. Ils reviennent donc à nouveau en septembre pour capter l’atmosphère de cette ville qui accueille leur initiative avec étonnement.
Si les personnages rencontrés témoignent en général avec fierté, ils ne voient pas forcément l’intérêt de leur quotidien. La différence culturelle est bien là. Contrairement aux deux journalistes, le business carcéral ne les choque pas, ils en vivent. Ils jouent carte sur table grâce à l’approche claire des deux journalistes. Pas de plans de coupe, pas de sons qui ne correspondent pas à ce que l’on voit ou inversement.






Tour d’écrou à Cañon City

Une ville du Colorado a fait de la détention une industrie, où Supermax n’est pas un héros mais une des treize prisons dernier cri. Visite guidée avec le shérif du comté.

Il y a une chose que James Beicker fait très bien : le shérif. James est un chef de groupe, un homme calme, souriant, un type rassurant, option bonnes joues, calvitie naissante, et qui empoigne la radio de sa Ford comme si, à chaque fois, c’était le geste le plus cool à faire dans les parages. James a une façon bien à lui, pourtant archi-vue à la télé, de saluer ses concitoyens à chaque croisement, à chaque entrée de ranch, sur Main Street comme sur Petroleum Avenue. Son pouce gauche reste sur le volant, ses doigts se lèvent délicatement, sourire, doigts en l’air, sourire, et les doigts enfin qui se remettent en place lentement sur le cuir, jusqu’au prochain administré qu’il faudra bien saluer. Parce que shérif, c’est pas flic comme partout. Shérif, c’est être élu : James Beicker, républicain, la quarantaine, en est à son second mandat de grand manitou de la loi et de la force dans le comté de Fremont, au sud-est du Colorado. Un coin paumé : au pied des Rocheuses, au bout du bout de la plaine de l’Ouest, «loin des yeux, loin du cœur», comme on nous a dit à Denver, avant de prendre l’InterState 25.


http://blog.france3.fr/nng_images.php?img=/cabinet-de-curiosites/files/c/a/b/cabinet-de-curiosites/images/Livres.jpg

 


 



Le docu c'est ici

 





en anglais

US: America's Private Gulag

by Ken SilversteinPrison Legal News
June 1st, 2000

 

à voir

 

 

 

The prison industry in the United States: big business or a new form of slavery?

 

à voir aussi

 


  ---oooOOO§§§OOOooo---

Logiciel "scrivener" pour écriture de scénarios de filmssur mac uniquement

pour les scénaristes en herbe!







 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives