Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Cette page propose une liste d'artistes peintres, sculpteurs. Elle n'est pas exhaustive.
Elle se complète au fur et à mesure de mes découverts sur le net.
Ce sont des coups de coeur .

Cliquez sur le nom pour aller sur l'article!...


Voici un site où vous pouvez exposer vos oeuvres:
  Galerie d'art la Boutique des envies

ou bien celui-ci: Annuaire gratuit art, culture...






JM Scanreigh et F Biver...le Blog à deux voix!


Voilà, mes recherches se font au hazard des inspirations du moment, et souvent je tombe sur un site ou un blog qui me transporte... Alors suivez mes pas, si vous le souhaitez, pour découvrir celui-ci.


Présentation;
extraits:
"Scanreigh — enfance marocaine, jeunesse alsacienne — quitte sans transition les bancs de la fac au début des années 70 pour s'engager dans une voie artistique proche de l'abstraction minimaliste américaine.".....


"Quant à moi(F. Biver), avec un sens de la rime saugrenu, je troque le Luxembourg, où je suis née, contre Strasbourg, un bout d'Europe contre un autre ! C'est dans le microcosme universitaire strasbourgeois que mon chemin croise celui de Scanreigh."....


 
© Scanreigh pour les œuvres de Scanreigh publiées dans ce blog
© Scanreigh, © Françoise Biver pour les textes





Bchira Arfaoui: artiste peintre.

 




"Je suis professeur d'anglais et j'ai commencé à peindre pour échapper
au stress et voilà que la peinture devient pour moi une vraie passion
j'expose depuis 1999: plusieurs expositions de groupe et quelques
expositions personnelles."





André Bielen




l'atelier




André Bielen est né le 22 juillet 1956 à Liège (Belgique)

Les nécéssités de la vie le lancent très jeune dans le monde du travail, le frustrant de son envie, pour ne pas dire son besoin de dessiner, de peindre déjà.... Pendant longtemps, il peindra dans un style figuratif, sans autre objectif que de se créer des loisirs, des espaces de liberté et de joie, au coeur des ses obligations professionnelles . Puis, un jour à l'occassion d'une rencontre avec un peintre de talent, il entre dans le monde de l'abstraction.

"Oser peindre une émotion, une pulsion, une impression, de manière très égoïste, puis rencontrer cinq, dix, vingt personnes qui interprètent l'oeuvre, suivant leur propre cheminement intérieur, cela à été pour moi une "révélation"....j'ai compris qu'une peinture pouvait vivre, évoluer, ou mourir, aussi bien pour le peintre que pour le spectateur..... S'impose alors le triangle insolite : (le peintre - l'oeuvre - le spectateur) où l'imagination est plus forte que le savoir, et, si la même émotion les réunis, la passion s'installe !!!....

Pendant un temps, le peintre à utilisé des formes géométriques, repères rassurants et protecteurs "une facon prude d'utiliser la couleur" dit-il.Puis, enfin, il se laisse aller, il n'enferme plus les couleurs dans des objets et espaces définis, il tend à leur fusion, et il se lance dans la quête de la lumière, pour atteindre un "ailleurs", un "au-delà"....
Peut-on voyager avec la peinture ? Est-elle une pièce du puzzle de son imaginaire ? Elle est devenue, pour lui, une urgence obsédante :"elle peut tout donner ou tout refuser".


le bucher des vanités

la galerie virtuelle







Marc Rolland




      Marc Rolland est natif de Fort-à-l'eau en Algérie.   Il a choisi de s'établir à Montréal au début des années soixante ou il a complété sa formation à l'École des Beaux-Arts de Montréal.

En quarante ans de vie artistique, il a appris à maitriser divers médiums et techniques dont l'huile, l'acrylique, l'aquarelle, le crayon-pastel, l'encre, la sculpture sur bois et l'encaustique.

Marc a participé a plus de 60 expositions solos et collectives et est récipiendaire de nombreux prix.

Ses oeuvres sont des explosions de couleurs vives et de personnages extraordinaires qui ne laissent jamais indifférent l'observateur.   À travers son art, nous découvrons sa fascination pour la création et l'innovation.   Il partage d'ailleurs cette passion avec de multiples adeptes en donnant  des conférences sur la création et sur la peinture à l'encaustique.

Il est aussi très engagé sociallement, tant par sa participation auprès de diverses associations d'artistes telles que le QACB, l'ARCAD et l'ALPAP, que par son implication en enseignement de l'art à des groupes de détenus.auté.









Daumier


La vie de Daumier (Marseille 1808 - Valmondois 1879) est une vie sans histoires : pas de péripéties romanesques, pas de voyages lointains. Mais il est au cœur de son époque qu’il a auscultée tout au long de sa carrière à l’aide de son crayon à lithographie. Il a vécu sous six régimes différents : l’Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, la Seconde République, le Second Empire et la Troisième République et connu trois épisodes révolutionnaires (les trois Glorieuses, les journées insurrectionnelles de 1848, la Commune de Paris).
Daumier est le fils d’un vitrier (à la fois encadreur, réparateur de tableaux, dessinateur) marseillais qui  part pour Paris en 1814 en vue d’embrasser une carrière littéraire qu’il abandonne en 1823. Honoré est d’abord commis puis il suit des cours de dessin auprès du peintre Alexandre Lenoir, travaille chez un lithographe et éditeur. En 1829, il collabore à La Silhouette, premier hebdomadaire satirique illustré en France, créé par Charles Philippon. Il publie ses premières caricatures de Louis-Philippe sous le nom de Rogelin. Gargantua, lithographie en noir et blanc est publiée dans la Caricature, n° 61, du 29 décembre 1831 et exposée dans la vitrine du journal, avant que la justice ne vienne saisir tous les exemplaires et briser la pierre lithographique. Gargantua lui vaudra une condamnation à six mois de prison et à une amende de 500 F "pour excitation à la haine et au mépris du gouvernement". En 1832, les bustes-charges figurant les principaux représentants de la droite sont exposés dans la vitrine du journal Le Charivari de Philippon.
Daumier fait paraître ses charges politiques, notamment le Ventre législatif et Rue Transnonain dans l’Association lithographique mensuelle, supplément à la Caricature qui disparaîtra en 1835, suite à la loi contre la liberté de la presse. Daumier va alors s’en prendre aux mœurs de son temps et réaliser notamment  la série des Cent et Un Robert Macaire.

 
En 1843, il publie quatre gravures dans l’édition Furne des œuvres de Balzac. Sa représentation du père Goriot sera reprise pour le frontispice de La Comédie humaine.
En 1845, il compose la série les Gens de justice.
Sa carrière de peintre commence en 1848 : sa toile La République nourrissant ses enfants et les instruisant est retenue parmi les vingt finalistes d’un concours de peinture. Des commandes officielles s’ensuivent, il participe au Salon avec Le Meunier, son fils et l’âne.
En 1851, il crée la statue de Ratapoil, personnage préfigurant le coup d’Etat de Louis-Napoléon. En 1853, Daumier se lie d’amitié avec les peintres de Barbizon, Camille Corot, Jean-François Millet et Théodore Rousseau.
En 1860, renvoyé du Charivari, il se consacre à la peinture et à la sculpture, mais n’arrive pas à en vivre. Il réintègre Le Charivari le 18 décembre 1963, s’installe à Valmondois en 1865, s’inspire de Don Quichotte dans ses tableaux, sa vue commence à baisser à partir de 1867. Il connaît des difficultés financières, Corot achète sa maison et la lui prête à vie.
En 1871, il publie des lithographies particulièrement sombres sur la guerre de 1870 et s’oppose à la proposition de Courbet d’abattre la colonne Vendôme. Il publie ses dernières lithographies dans Le Charivari en 1872. En avril 1878, une rétrospective de ses œuvres est organisée par la galerie Durand-Ruel et présidée par Victor Hugo. Elle connaît un succès critique mais pas public. Complètement aveugle, Daumier n’y assiste pas. Il meurt l’année suivante.


billet du 17/04/2009


entree artiste peintre valerie bertoni






Valérie Bertoni est « tombée dans la peinture » lorsqu'elle était toute petite : sa mère est peintre-illustratrice.   Aux côtés de ce professeur unique, elle a appris les techniques lui permettant de capter les ombres et les lumières, de marier les couleurs et de reproduire les volumes. Elle a également appris à développer son sens de l'observation.

Il y a quelques années, le travail de l'artiste retient l'attention d'Etiennes de Causans, un galeriste renommé de la rive gauche parisienne. Il lui propose alors d'exposer chez lui : ça tombe bien, elle se sent prête pour le "grand saut" !. Depuis, elle enchaîne les expositions pour son plus grand bonheur.

Fascinée par les félins et leurs regards magnifiques, ces regards qui, à la fois vous cajolent et vous menacent, Valérie Bertoni aime aussi la force que dégagent les grands animaux sauvages comme les pachydermes , les buffles, les grands singes ou les ours.

Le cheval est également un thème qu'elle affectionne, et depuis peu, les humains !

Enfin Valérie Bertoni réalise des portraits d'animaux sur commande.






billet du 17/04/2009


PASCAL MAGIS

http://www.magisart.com/fr/imgfr/acc3.jpg

Pascal MAGIS est né le 1er avril 1955 à Aurillac (Cantal),mais c'est à Meyrals, village du Périgord Noir, qu'il passe son enfance et effectue ses études primaires. Celles-ci terminées, il entre au Collège Saint Joseph de Sarlat ou il entame un cycle secondaire. Il en sort en 1971 pour intégrer l'Ecole Nationale des Arts Décoratif de Limoges.




Cinq années d'études vont lui permettre d'acquérir une solide formation. Il se dirige vers la tapisserie et c'est en tant que Cartonnier-Lissier qu'il obtient son diplôme National des Beaux Arts en 1976.

   Chaque été, il organise une exposition de groupe dans son Atelier. La presse et le public réservent à cette initiative un accueil très chaleureux. L'expérience sera renouvelée plusieurs années de suite. La qualité des expositions estivales sera constante et permettra de voir l'évolution permanente de Pascal MAGIS.

 

lire la suite?, cliquez sur la photo

Partager cette page

Repost 0

Archives